Tout commence en  1966...

21 décembre 1966

Une délégation de la base de Bremgarten, en Allemagne, se rend sur TRAB. Cette délégation a la délicate mission d'engager des négociations avec les Américains pour le transfert des éléments Français. Les Américains, qui se retirent en Allemagne et en Angleterre, se sentent quelque peu chassés de cette terre de France qu'ils viennent de libérer...On s'imagine la dose de diplomatie qui sera nécessaire pour entamer les négociations...

L'Etat-major de l'armée de l'air a planifié les opérations de transfert dès le début de 1967. L'objectif est de terminer la mise en place pour le premier décembre 1967. Le plan prévu se base sur le principe de la "tache d'huile" cinq phases sont décrites dans le plan...Des entreprises françaises sont requises pour les travaux d'aménagement des infrastructures, elles vont cohabiter avec les Américains pendant un certain temps, une situation qui se voudra difficile parfois...

17 avril 1967


L'échelon précurseur de la base de Bremgarten s'installe sur le terrain de Toul Rosières. Les Américains ont quitté le site le 21 mars. Le constat effectué à l'arrivée est impressionnant. Les Américains ont presque tout emporté, du gazon, qu'il suffisait d'enrouler, à certains lavabos des sanitaires, tout les éléments qui composaient l'ambiance "made in USA a disparu...en revanche, ils laissent derrière eux un immense dépôt de ferraille et d'objets divers, tout ce qui n'a pu être emporté est resté là pèle mêle.

15 mai 1967

Le Lieutenant-colonel ESPIEUX, accompagné de 150 hommes, prend le commandement de la base aérienne 136 de Toul à "titre provisoire. Les premiers contrôleurs aériens sont chargés d'effectuer le repérage du site et de choisir l'emplacement du futur bureau information air (BIA) et de l'approche. L'équipe est constituée de L'Adjudant-chef Bracaéloni, de l'Adjudant Aime, et des Sergents Sellier et Gervais. Il ne reste que les murs dans les locaux existants, tout est à construire..



 

25 mai 1967

Le premier registre journalier du contrôle local d'aérodrome est ouvert...

30 mai 1967

Les deux premiers mouvements avion ont lieu. Il s'agit d'avions de liaison...

24 juin 1967

L'échelon précurseur de l'escadre rejoint le terrain de Toul...

26 juin 1967

Les moyens de support sont activés, ils sont placés sous le commandement du Commandant CAPILLON (futur chef d'Etat-major de l'armée de l'air) qui prend les fonctions de "chef des Moyens opérationnels et commandant d'escadre".

Août 1967

 

c'est le début de l'activité du CLA.

Placé sous la coupe du Capitaine Leverge, l'équipe est constituée du Sergent-chef Cadario et du Sergent Ouvrieu.

Ces trois compères vont s'attaquer à la calibration du système de percée pour les avions F 100. L'équipe est renforcée par l'arrivée du Lieutenant Lelan et du Sous-lieutenant Lebras.

Les barrières d'arrêt sont déclarées opérationnelles le 02 août. Il y en a deux au Nord et une au Sud.

5 septembre 1967

Le balisage de la piste est déclaré opérationnel.


8 septembre 1967

l'approche est déclarée opérationnelle


12 septembre 1967

 le PC et le CLA sont déclarés opérationnels..

.Les installations sont cependant loin d'être définitives. La vigie est installée dans un ensemble tactique, l'approche est aménagée dans deux remorques Deplirex situées du l'autre côté de la piste et proche du radar, le balisage ne comprend pas de rampe d'approche en piste 22, il n'est pas normalisé OTAN et sa vétusté oblige le service des ponts et chaussées à intervenir fréquemment.

Lors des vols de nuit, des feux type Ulmer doivent être disposés le long de la piste et dans les marguerites des escadrons, bref, c'est l'enfer Français !


14 septembre 1967

La première vague des F 100, en provenance de Bremgarten, se pose sur le terrain de Toul Rosières...

Le Commandant Ghesquière est à leur tête.

Les avions déchirent le ciel de Rosières sous l'oeil interrogateur des habitants du village, qui découvrent ainsi leurs nouveaux voisins...

 

15 septembre 1967

Le Colonel Chenet quitte ses fonctions à Bremgarten et prend d'une manière tout à fait officielle le commandement de la nouvelle base aérienne 136 de Toul Rosières.

Le Lieutenant-colonel Espieux prend le commandement en second. Le transfert de Bremgarten vers Toul devait être terminé pour le premier septembre...

En fait, le véritable mouvement ne s'effectuera que le 25 septembre 1967.


La phase V du plan défini par l'instruction 1818/DEF/EMAA/1/ORG/DR du 21 juin 1967 peut alors débuter. Il s'agit d'effectuer la mise en place du reste du personnel et débuter les aménagements complémentaires...

25 septembre 1967

Premier engagement barrière pour un F 100. L'installation est inaugurée grandeur nature...

Le Capitaine Egert, premier commandant du CLA, et le Commandant Ghesquière, chef des Moyens opérationnels 05.136,s'inquiètent des conditions de travail précaires.

Les moyens matériels sont vétustes et non définitifs...

1 octobre 1967

Une vague de contrôleurs aériens débarque sur le site. Ils font partie du projet ambitieux de réaliser une approche commune pour les sites de Metz, Nancy et Toul.

Hélas, comme bien souvent, ce projet tombera à l'eau faute de moyens financiers. La station de coordination d'approche (SCA) verra tout de même le jour sur la BA 136, elle prendra l'appellation SCA 07.136. Elle sera rattachée au chef des moyens opérationnels, elle résistera deux années avant d'être dissoute...

23 octobre 167

 Monsieur MESSMER, Ministre des armées, se rend sur le site de Toul-Rosières pour vérifier le bon déroulement des opérations.


26 octobre 1967

Le reste du personnel, encore sur la base de Bremgarten en Allemagne, rejoint Toul Rosières...

Au terme de sept mois d'intenses efforts, la base entre dans son histoire, ce sont trente années de cohabitation avec les villageois qui débutent au premier janvier de l'année 1968.


haut de page

suite